C'est la vie !

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 22 novembre 2007

L'apprenti chirurgien

Cela faisait déjà quelques semaines que j'étais dans le service. J'y étais plutôt à l'aise, tant au niveau des soins que de l'équipe mais aussi avec la relation avec les patients. Choses importantes dans ce service où généralement les opérations sont lourdes avec des impacts sur la vie des patients.

Comme tous les matins je fais le tour des patients pour prendre les constantes ( pouls, tension, température). Cela n'est guère attrayant mais l'équipe nous délègue facilement cette tâche. De plus, je sais qu'à la fin de ce tour j'arriverai à la chambre où il y a ce patient. Ce patient avec qui je sais que je vais pouvoir plaisanter un peu, un type avec beaucoup d'humour et l'esprit ouvert. Celle que je garderai en mémoire c'est lors de la mise de ses bas de contentions, arrivé au niveau de ses cuisses il me lance: "-C'est bête, mais j'ai oublié mes protes-jaretelles.

-ah bon ? vous en avez fait quoi ?

-c'est mon chien écossais qui me les a pris pour aller avec son kilt "

(oui sur le moment c'est drôle, et j'aime ce genre d'humour simple et surprenant.

L'après-midi un nouveau voisin de chambre arrive. Je rentre dans la chambre pour remplir son dossier: nom, prénom, date de naissance, allergies, antécédents, les 14 besoins de Virginia Henderson,... Puis le voisin se met à déconner:" Attention c'est un vrai tortionnaire, tous les jours il vient me piquer, plusieurs fois par jour, il fait exprès de prendre des grosses aiguilles en plus!"

Et moi d'en rajouter : "En plus c'est moi qui vais vous opérer c'est bien de la jambe gauche qu'il faut vous amputer ? (ndlr: ce patient venait pour un problème abdominale".

Le voisin rigole, mais on voit dans son air qu'il a pas l'air emballé.


Le soir je retourne dans la chambre pour les médicaments:
"-Il a vraiment cru que c'était vous qui allait l'opérer, on a fait vraiment fort sur ce coup !"
On s'est mit à rire.

J'ai quand même été rassuré le voisin en lui précisant que ce n'était pas moi qui allait l'opérer mais un vrai chirurgien.

Quand j'ai terminé ce stage, mon camarade d'humour venait juste de se faire opérer, il était dans le gaz et souffrait des suites de l'opération. Je suis passé lui dire aurevoir, malgré la souffrance, il a quand même su me faire un dernier clin d'œil humoristique.

Depuis le début de nos études on nous demande de prendre soins des patients équitablement, des mêmes soins pour tous en les adaptant à la personne soignée. Je crois que malgré tout nous restons humain. On s'entend plus ou moins bien avec tel ou tel personnes. On prend plus plaisir à rentrer dans une chambre que dans un autre. On ne peut pas se comporter de la même façon avec tout le monde, chaque personne est différente, chaque personne a son histoire. On s'adapte, on supporte des réflexions, des remarques, des orgueilleux, des vaniteux,... tout ce qui fait un monde.
Mais il ne faut pas perdre d'esprit que peu importe la personne se trouvant en face de nous, nous nous devons de fournir des soins de qualités.

jeudi 1 novembre 2007

la fin de la maison de retraite

Je viens vous conter la fin de mon stage en maison de retraite avec un peu de recul pour ne pas être virulent.

Ma MSP ne s'est pas aussi bien passée que je ne le pensais(mais je m'en sors bien avec 12/20), j'ai été évalué par la réferente de la maison, le seul jour où elle m'a vu travailler.
Pour remplir mon rapport de stage il y avait elle et une autre infirmière (la seule qui était sympa, j'ai eu de la chance sur le coup)
A chaque catégorie la réferente essayait de me descendre, même si elle ne m'avait vu que rarement faire. Dans le genre : comment ça se fait que tu déléguais des soins ? comment ça se fait que savais pas ça ? la meilleure de toutes les réflexions : "tes préventions d'escarres étaient inéfficaces!", j'ai essayé de lui expliquer que les recommandations dans la prévention d'escarres interdisaient de masser, elle m'a rétorquer un " avant on le faisait et ça marchait, y a pas de raisons pour que ça change" ....
Donc elle a passé une heure et demi à me descendre et l'infirmière qui tentait comme elle pouvait de lui dire que ce qu'elle disait ne correspondait pas à ce qu'elle avait vu. Mais bon elle avait l'air décidé à me mettre plus bas que terre et de commencer à creuser pour m'enterrer.

Au final je m'en sors avec un petit 14 (merci à l'infirmière qui m'a défendu), le droit à un : " dommage ce système de notation je t'aurais mis moins!" et l'impression de n'avoir rien à faire en troisième année, de ne plus rien savoir.
Avant de partir j'ai été dire aurevoir aux résidants dont je m'occupais:
"-c'est dommage que vous partiez, personne ne s'était occupé aussi bien de moi que vous
-si un jour vous passez dans le coin, ma porte sera toujours ouverte pour vous
-je vous remercie de tous vos bons soins."

Et bien après tout ça, je me dis que je n'ai pas été aussi mauvais que le prétendait la référente. J'espère juste qu'elle ne fera pas pareil avec tous les étudiants.


dimanche 14 octobre 2007

JD, mon idôle!

JD c'est le héros de la série Scrubs. Pour ceux qui connaissent, c'est un médecin (enfin interne au départ) qui a un style bien à lui. Effectivement dans chaque épisode on peut découvrir un de ses "fantasmes" bizarres (non rien de sexuel, enfin pas tout le temps). Par exemple dans un épisode on le voit dans un chenil pour personnes âgées, une sorte de SPA où tu peux choisir ton grand-père.

Le mieux pour comprendre est de connaître la série, et pour ceux qui ne la connaissent pas de la découvrir au plus vite.

Vous allez me dire, pourquoi parlez de Scrubs si tôt le matin? Parce qu'une fois mon cousin m'a dit que je ressemblais à JD dans ma façon de faire. J'avais déjà pu le remarquer en cours lorsque je me mets à penser en fixant le mur alors que j'étais en pleine conversation, mais cette nuit j'ai pu confirmer ses dires:

En service, on attend une personne entrante transférée d'un autre hôpital par des ambulanciers. Ils nous amènent donc le patient avec la feuille de surveillance, l'infirmière demande la feuille à signer. Et c'est là que ça commence dans mon esprit tordu, je vois déjà l'ambulancier habillé dans le style livreur Fedex, tendant la feuille de réception et en lieu du brancard un carton avec un patient à l'intérieur:
-Tenez madame, voici votre commande signez ici.


Et c'est là que je sors à haute voix:
-c'est exactement le même patient qu'on avait commandé sur la catalogue, c'est formidable!

Quatre yeux se rivent sur moi, et j'essaye vainement de m'expliquer (encore à la façon JD) tant je sais déjà que ce sera inutile:
-non parce que ça fait un peu livraison, comme à la poste avec la feuille à signer et tout...

Un "ouais" négligé sort de leur bouche.
-Euh je dois filer on m'appelle.

dimanche 7 octobre 2007

Lueur d'espoir

Après avoir validé la première année d'études en soins infirmiers, on obtient l'équivalence aide-soignant. Ce qui me permet de pouvoir travailler en tant que telle le week-end de nuit et de se faire un peu d'argent pour les études :)


Et faut dire que ces deux dernières nuits j'en avais besoin d'aller travailler à l'hôpital, de revoir un VRAI service. En effet mon stage en maison de retraite ne se passe pas si bien, non pas que l'équipe, les patients ou la structure en elle-même soit désagréable, c'est tout simplement pas un endroit où il me convient d'évoluer. Pour être franc, ça me casse le moral de devoir y retourner chaque matin, en plus la MSP de jeudi me terrorise, les patients ont tellement d'antécédent que je ne sais pas par quoi commencer. Et faire une toilette ? Il n'y a même pas de quoi se laver les mains dans une chambre. Distribution de médicaments ? Aucune façons d'être certains de donner les bons (mise à part de comparer leurs formes avec ceux dans la boîte)...

Mais ces deux nuits, le fait de retourner dans un service où j'avais été en stage, le fait que ça bouge avec des retours de blocs, des gens qui vont plus ou moins bien, des soins autre que des toilettes à faire, une population un peu plus diversifiée (même si la plupart avait plus de 70ans) et tout cette environnement hospitalier, m'ont rappelé que j'avais envie de continuer ces études et arriver au bout, simplement que je ne veux pas finir en maison de retraite!


En ce qui concerne l'avancée de mon TFE, je recherche des documents, mais ma MSP me prend pas mal de temps, donc si vous avez des documents en lien avec les soins techniques en situation d'urgence, je suis preneur :)

dimanche 23 septembre 2007

Le monde est merveilleux

Après un grand Week-End où rien n'allait, et une semaine qui a continué de même, je croise une religieuse avec un sac de pommes. J'engage la conversation :

-Vous avez été à la cueillette?

-Oh non, c'est une dame qui me les a données.

-Eh bien vous en avez de la chance, c'est rare de voir ça de nos jours.

-Vous savez jeune homme, le monde est rempli de petites merveilles comme celle-là, mais il faut savoir les voir. Les gens ne voient plus que le malheur maintenant. Pensez à voir aussi ces petites chose qui font que le monde est merveilleux.

Elle n'avait pas tort, sans s'en rendre compte en quelques mots elle m'avait remonté le moral. 


Le monde est merveilleux:)

- page 1 de 7